Articles


Accès aux soins et soins non-programmés : Une priorité qui a un coût

Les organisations territoriales, et en particulier les équipes de soins spécialisés, doivent être valorisées.
Les consultations sur sites distincts amenant l’expertise de la médecine spécialisée dans des territoires sous-denses doivent être accompagnées par l’élargissement des conditions d’accès au Contrat Solidarité Territoriale Médecins (CSTM) et la mise en œuvre d’un espace de liberté tarifaire pour les médecins participant à cet engagement territorial.
Développement et valorisation de la téléconsultation, de la téléexpertise et de la télésurveillance. Les mesures dérogatoires concernant la téléconsultation prises pendant la pandémie à Covid doivent être maintenues et renforcées. La téléexpertise doit être valorisée avec un premier niveau égal à l’Avis Ponctuel de Consultant, et un deuxième niveau valorisé à 80 €. La téléexpertise doit être facilitée dans sa mise en œuvre. Après le programme ETAPES qui arrivera à son terme fin 2021, la télésurveillance doit être valorisée et se développer entre autres pour la prise en charge des patients souffrant de pathologies chroniques (cardiopathies, diabète, insuffisance rénale, …).
Les lignes de PDSES doivent être élargies à toutes les spécialités, dans tous les établissements accueillant des urgences.
Les soins non programmés doivent être valorisés pour le médecin spécialiste par, une astreinte de soins non-programmés et une évolution de la Majoration Correspondant Urgence (MCU) :
– de 48 heures à 5 jours
– pour les actes cliniques et techniques

Politique de rémunération : acte, forfait et capital

1. Le paiement à l’acte est, et doit rester majoritaire
a. Actes techniques :

– Revalorisation des actes chirurgicaux et des actes techniques bloqués depuis le début des années 90.
– Revalorisation du coût de la pratique bloqué depuis 2004.
– Élargissement du nombre d’actes éligibles à l’OPTAM et à l’OPTAM CO.
– Refonte de la CCAM technique dans un souci de simplification et de revalorisation.
– Faciliter et valoriser l’accès aux innovations médicales.
b. Actes cliniques
– Simplification.
– Quatre niveaux de consultation pour tous, chacun des niveaux devant être définis spécialité par spécialité.
c. Prise en compte de la qualité dans la revalorisation des actes médicaux

2. Forfait
Le paiement forfaitaire doit être réservé au volet organisationnel entre autres, pour plus de coordination au sein d’équipes de soins spécialisés.

3. Abrogation de l’article 99 de la LFSS 2017
L’abrogation de l’article 99 du PLFSS 2017, insulte pure et simple à la vie conventionnelle et dangereux précédent pour l’ensemble des médecins ; les tutelles et en premier lieu le Gouvernement doivent respecter les accords signés.

Coordination Spécialistes et Généralistes, c’est l’équation de l’efficacité pour la médecine libérale

La CSMF est un syndicat poly-catégoriel qui revendique haut et fort la coordination et la complémentarité entre les médecins des différentes spécialités mais aussi entre tous les professionnels de santé.

Cette coordination passe par une définition précise et actée par les institutions sur les contours métiers qui permettront une délégation des tâches efficientes, « le médecin généraliste est le chef d’orchestre du parcours de santé du patient, le médecin spécialiste l’expert des pathologies de sa spécialité ».

En fonction des spécificités de chaque territoire, ce sont les médecins libéraux qui définissent quelle est la meilleure organisation. L’organisation ne doit pas être au service de l’hôpital mais au service du bassin de vie et de la responsabilité populationnelle des médecins libéraux.

Votez pour les élections aux URPS c’est faire le choix de l’innovation, de l’union et de la coordination 

Du 31 mars au 7 avril vous allez pouvoir voter pour les élections au URPS. Ces élections vont vous permettre :

  • d’élire vos représentants régionaux,
  • de choisir celles et ceux qui mettront en place une politique régionale de projets de santé,
  • de désigner ces hommes et ces femmes qui vous défendront face aux ARS.

Votre vote définira également la hiérarchie syndicale nationale. Cette dernière aura des conséquences importantes sur la négociation conventionnelle qui débutera après les élections. La négociation conventionnelle définit, au quotidien, notre relation contractuelle avec la CNAM pour les 5 années à venir, y défendre nos droits est une priorité.

Plus que jamais votre vote est important, pour vous, pour la profession libérale, pour le monde de la santé, pour nos patients !