Presse

Les Spécialistes CSMF revendiquent des revalorisations tarifaires
À quand un Ségur des libéraux ?

24 juillet 2020

Après 50 jours de débat, le Ministre de la Santé Olivier Véran a présenté les conclusions du Ségur.

Comme nous l’annoncions dès le 1er jour, le Ségur de la Santé est un Ségur de l’hôpital public. L’aide conséquente, de plus de 27 milliards d’euros, permettant à l’hôpital et à ses personnels de sortir de la crise hospitalière, de se désendetter et de se restructurer est là pour en témoigner. Nous saluons cette aide nécessaire attendue par les usagers et les soignants.

Cependant, le compteur des médecins spécialistes libéraux reste désespérément bloqué à zéro ! Les Spécialistes CSMF en appellent à un Ségur de la Médecine Libérale sous forme de négociations conventionnelles.

Les médecins spécialistes revendiquent :

  • une revalorisation des actes techniques dont le point travail est bloqué depuis 15 ans avec la mise en place de la CCAM
  • une revalorisation de nos consultations dont notamment l’APC/APY

Cette base de négociation est intangible pour les médecins spécialistes trop longtemps oubliés. Les français ne comprendraient pas que nous puissions à nouveau être les laissés pour compte de la rénovation du système de Santé.

Docteur Franck DEVULDER
Président Les Spécialistes CSMF

Contact presse : Docteur Franck DEVULDER – 06.14.09.64.56

Le jeu morbide des ARS et des établissements

2 juillet 2020

La pandémie à COVID-19 a conduit de nombreuses personnes à différer les soins qui leur étaient nécessaires. Les pathologies prises en charge sont aujourd’hui plus avancées et plus sévères. Les études menées sur ce sujet vont toutes dans le même sens.

Ainsi, 60% des médecins spécialistes déclarent traiter des patients plus graves (source Les Spécialistes CSMF).  La publication du rapport annuel sur les charges et produits de l’Assurance maladie fait état de centaines de milliers de tests de dépistage du cancer colo-rectal non reçus ou interprétés mais aussi d’un retard de 182 000 coloscopies. Il en va de même de la prise en charge de nombreux patients en attente d’explorations ou d’interventions chirurgicales. 

Ces éléments auraient dû nous inciter à redoubler d’activité pour éviter qu’à la vague COVID ne succède celle d’une surmorbi-mortalité liée à des retards de prise en charge.

Les Spécialistes CSMF ont déjà pointé du doigt la responsabilité des ARS dans ce retard à la reprise d’activité en établissements de santé.

Cette responsabilité concerne la gestion des produits anesthésiques menée sans transparence ni co-gestion et la pression mise sur les établissements de santé.

Mais cette responsabilité semble être aussi à mettre au crédit de certaines directions de cliniques expliquant “avoir reçu des consignes de limiter l’activité, le nombre de lits et la masse salariale jusque fin 2020 pour bénéficier de la totalité de la compensation du chiffre d’affaires calculé sur le résultat 2019″. Interrogé par Les Spécialistes Csmf, la réponse d’un leader de groupes de cliniques parle de “malentendu”. Les Spécialistes CSMF en appellent à une parfaite clarification, à un démenti de cette limitation d’activité et à une reprise totale et immédiate de l’activité opératoire.

Docteur Franck DEVULDER
Président Les Spécialistes CSMF

Contact presse : Docteur Franck DEVULDER – 06.14.09.64.56