Presse


Les derniers communiqués des Spécialistes CSMF :

Revalorisation des spécialités médicales : encore une occasion manquée ! 

16 novembre 2020

La lettre de cadrage adressée en fin d’été par Monsieur Olivier VÉRAN, Ministre des Solidarités et de la Santé, à Monsieur Thomas FATOME, Directeur Général de la CNAM, faisait état d’une nécessaire revalorisation des spécialités médicales. Seules trois spécialités médicales, la pédiatrie, la psychiatrie et la gynécologie médicale, avaient été prises en exemple dans la lettre du Ministre. Nous avions reçu l’assurance que cette liste n’était pas exhaustive et que toutes les spécialités médicales seraient concernées par cet engagement à mieux les valoriser, engagement qui faisait écho à des revendications anciennes et affirmées de la CSMF. 

Dans les faits, la CNAM propose aux trois spécialités “élues”, une augmentation de 1 euro sur une faible partie de leur activité. Cela n’est pas acceptable. 

Il est tout à fait inacceptable également que les autres spécialités médicales (endocrinologie, rhumatologie, neurologie, médecine interne…) ne fassent l’objet d’aucune mesure tarifaire. 

Si la CNAM cherchait à voir disparaître l’offre de soins en médecine spécialisée libérale, elle ne s’y prendrait pas autrement. Monsieur le Directeur Général de la CNAM, Monsieur le Ministre de la Santé, il est temps de réagir. Il en va de la survie de ces spécialités et donc de l’accès aux soins spécialisés de nos concitoyens. 

Docteur Franck DEVULDER
Président Les Spécialistes CSMF
06.14.09.64.56

Les 80 000 salariés des cabinets médicaux oubliés par l’Etat !

5 novembre 2020

Le Ségur de la Santé a accordé des augmentations significatives et méritées aux salariés de l’hôpital public

Il a fallu que la FHP se batte pour obtenir un soutien financier similaire pour le personnel des établissements de santé privé. C’est enfin chose faite depuis quelques jours !

Monsieur le Ministre, qu’en est-il des 80 000 salariés des cabinets médicaux ? Ne trouveraient-ils pas grâce à vos yeux ? Leur engagement sans faille ne devrait-il pas être salué et reconnu par la Nation ? Alors que la situation sanitaire nous préoccupe tous, Les Spécialistes-CSMF réitèrent la demande de la CSMF restée sans réponse. Nous demandons une évolution du forfait structure qui intégrerait cette aide pour les seuls médecins employeurs et serait conditionnée à la conclusion d’un accord de branche à la convention collective du personnel des cabinets médicaux, permettant ainsi d’en assurer le reversement aux salariés.

Monsieur le Ministre, donnez aux médecins employeurs les moyens de valoriser leurs salariés. Il en va de l’égalité que la Nation doit à ses concitoyens

Docteur Franck DEVULDER
Président Les Spécialistes CSMF
06.14.09.64.56

Déprogrammation : attention danger !

31 octobre 2020

Face à la très forte recrudescence de la pandémie à Covid-19 sur le territoire national, les Spécialistes CSMF prennent acte de la décision du Ministre de la Santé de déprogrammer toutes les activités chirurgicales et médicales pouvant l’être dans le respect d’une décision collégiale de la communauté médicale accompagnée d’une analyse médicale bénéfices/risques en fonction de la situation du patient.

Les Spécialistes CSMF en appellent à la responsabilité de chacun et condamnent avec la plus grande fermeté les directions d’établissement qui ont déprogrammé des activités médicales et chirurgicales unilatéralement, sans discernement et sans décision de la communauté médicale.

Nous appelons les ARS et les directions d’établissement à intégrer la communauté médicale aux cellules de crises et à respecter les recommandations des Conseils Nationaux Professionnels et des sociétés scientifiques concernant les mesures à observer face à cette pandémie à Covid-19.

Les Spécialistes CSMF rappellent que la déprogrammation peut avoir des conséquences néfastes en termes de santé publique comme plusieurs publications récentes l’ont démontré. Ces déprogrammations ne peuvent relever que d’une décision médicale, seuls les médecins peuvent prendre cette décision dans le respect et le salut du patient.

Nous demandons par ailleurs la reprise du mécanisme de compensation des charges des médecins et des chirurgiens dont l’activité serait touchée par la déprogrammation. Cette compensation doit, cette fois-ci, être totale. Les médecins spécialistes ne comprendraient pas que le Gouvernement méprise à nouveau les « soldats en blouses blanches » déjà fortement touchés lors de la première vague.

Les Spécialistes CSMF demandent la restauration des différentes mesures prises au printemps concernant, entre autres la téléconsultation mais aussi l’application de la rémunération des médecins qui ont travaillé en secteur Covid en n’oubliant personne en chemin cette fois-ci.

Docteur Franck DEVULDER
Président Les Spécialistes CSMF
06.14.09.64.56

Palmarès des hôpitaux et cliniques du Point : une certaine forme d’injustice

30 octobre 2020

Hier soir, le Docteur Franck Devulder, président des Spécialistes CSMF a fait une intervention remarquée lors de la cérémonie organisée par Le Point pour l’annonce du palmarès des hôpitaux et des cliniques 2020.

Bien que travaillant dans la clinique arrivant en tête de ce classement, le Docteur Devulder a rappelé combien ce classement lui semblait injuste. Ce classement fait la part belle à la concentration médicale, oubliant les médecins et les équipes de soins qui, faute d’exercer dans un hôpital ou une clinique de très grande taille le plus souvent situés dans des villes universitaires, ont très peu de chance d’y figurer en bonne position.

Il a tenu à rappeler qu’en valorisant ainsi la concentration médicale, ce classement contribue à négliger l’offre territoriale de proximité. La demande de soins nous pousse à nous regrouper, à travailler en coordination, à créer des équipes de soins spécialisés.  Si chacun comprendra la place légitime des « gros établissements », vouloir faire de leur volume d’activité le principal critère de la qualité des soins serait réducteur. Comme nous l’ont montré nos voisins européens, le respect des recommandations professionnelles et la prise en compte des résultats qui importent aux patients doivent enfin être pris en compte en France.

La rémunération à la qualité, telle qu’elle a été définie dans le rapport de la Task Force il y a bientôt 2 ans, doit aujourd’hui faire partie intégrante de la valorisation de nos actes. Le niveau de rémunération est aujourd’hui déconnecté de la réalité économique, de l’engagement et de la responsabilité des médecins et des chirurgiens.

Dr Bruno Perrouty
06 42 26 63 73

Biosimilaires : non à la substitution chez le pharmacien !

Consultez tous les communiqués de presse des Spécialistes CSMF