Santé en région


Frédérique Dulorme : au cœur de la tempête !

Jeune médecin spécialiste en pédiatrie et installée depuis 10 ans en libéral, Frédérique Dulorme a franchi, très rapidement, les marches des responsabilités syndicales pour être aujourd’hui la Présidente de l’URPS Guadeloupe.
Cette présidence va lui permettre de mettre en lumière sa spécialité, de développer l’attractivité médicale de sa région et bien entendu d’essayer d’endiguer une crise du COVID aux aspects terrifiants pour la Guadeloupe. 

Médecin spécialiste et pédiatre avant tout, elle considère cette spécialité avec beaucoup de noblesse et la qualifie de très gratifiante « car elle peut influer dès le plus jeune âge sur tout le reste de la vie des patients ».
Frédérique Dulorme continue de militer pour une reconnaissance de sa spécialité (malgré les dernières revalorisations obtenues) qu’elle considère comme sinistrée malgré les besoins grandissants (préma, enfants avec handicap, …). Il faut se battre, dit-elle, pour défendre une offre de premier recours.

L’autre combat à mener est celui de sa région qui subit les conséquences de son manque de moyens techniques, de sa double insularité et du vieillissement de son personnel médical. C’est donc un combat au long court de l’attractivité que Frédérique a commencé, car consciente que tout ne changera pas du jour au lendemain. Mais elle sera, à n’en pas douter, l’emblème de ce renouveau attendu.
Cependant l’actualité de la Présidente Dulorme c’est le combat contre la 4ème vague du COVID, combat qui ne devrait pas avoir lieu si la population de la Guadeloupe et de la Martinique avait fait le choix de la vaccination. Ce refus, pour des raisons non scientifiques, a malheureusement de lourdes conséquences pour les îles des Caraïbes, que ce soit sur la santé de ses habitants comme sur son économie, car la crise du COVID favorise l’isolement de ces deux îles.
Mais nous sommes dans une autre logique que celle de la Métropole, car le Ministre de la Santé a lui-même déclaré ne pas imposer (pour le moment) la vaccination aux personnels soignants.
Frédérique Dulorme devra donc faire preuve de pédagogie et de patience pour sauver la Guadeloupe.